Castorama : les salariés manifestent contre une délocalisation possible

C’est dans le froid, devant le siège du groupe Kingfisher, que des salariés de Castorama et Brico Dépôt ont manifesté contre l’annonce de centaines de suppressions de postes. Une situation qui pourrait, comme ils le craignent, amener le groupe britannique à regrouper certaines activités comme la comptabilité et le contrôle de gestion de ses filiales en Pologne. Une manifestation organisée à l’appel d’une large intersyndicale (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC), a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse. Une dizaine d’entre eux arrêtaient les automobilistes à l’entrée de la zone d’activités pour leur distribuer des tracts et une lettre ouverte interpellant Emmanuel Macron à propos de « la fuite du travail en Pologne ».

Les salariés « attendent de leur gouvernement qu’il mette tout en œuvre pour le maintien de l’emploi sur notre territoire. D’autant que Kingfisher a largement profité d’exonérations fiscales, financées par l’ensemble des contribuables », peut-on lire dans le courrier signé des délégués syndicaux centraux. La directrice générale du groupe Kingfisher, la Française Véronique Laury, a annoncé le 8 novembre, dans une vidéo diffusée dans l’ensemble des sociétés, le regroupement des activités comptabilité et contrôle de gestion dans un centre de services à Cracovie. Le plan devrait être effectif à horizon fin 2018.

Des salariés « dégoûtés »

« Je suis écœurée, sachant que le groupe continue de faire des bénéfices. On est largués comme des moins que rien », lâche Ludivine, employée au service gestion administrative depuis 2006. « Ça va être compliqué de retrouver du travail parce qu’on est vraiment spécialisés », dit-elle. Khalid, trésorier depuis 2006, rattaché à la direction des affaires financières, a encore du mal à y croire. « Je ne suis pas prêt à chercher un nouveau travail. Je suis dégoûté », dit-il. « Je pensais qu’il y aurait quelque chose, mais pas qu’il s’agirait d’un service complet. » Selon le tract commun des syndicats, 750 emplois sont menacés chez Castorama et Brico Dépôt. Des chiffres que la direction « ne confirme en aucun cas ».

« Nous apporterons des réponses précises dans les tout prochains mois », déclare dans un communiqué Kingfisher. La société affirme qu’une « solution de reclassement à chaque collaborateur concerné » sera proposée. Des débrayages devaient aussi avoir lieu devant plusieurs magasins en France. Kingfisher a annoncé en septembre un recul de 8,1 % de son bénéfice net au premier semestre, à 295 millions de livres (332 millions d’euros). Cette « nouvelle étape » doit lui « permettre de devenir une entreprise plus efficace ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.