Catalogne : le parquet belge requiert l’exécution du mandat d’arrêt contre Puigdemont

Le parquet belge a demandé vendredi à la justice de mettre en oeuvre le mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne à l’encontre du dirigeant séparatiste catalan Carles Puigdemont et de quatre ex-ministres de l’exécutif régional, ont annoncé leurs avocats.

«Le procureur a demandé la mise à exécution du mandat d’arrêt européen» devant le juge, qui devra in fine statuer à ce sujet, a indiqué l’un des avocats, Christophe Marchand, devant des journalistes. La défense pourra «plaider le 4 décembre», a-t-il précisé, décrivant la première comparution à Bruxelles des ex-responsables de l’exécutif catalan comme «très sereine».

En attendant, leurs avocats «peuvent donner par écrit leurs réponses» aux réquisitions du parquet, a précisé Paul Bekaert, l’avocat de M. Puigdemont.

Madrid avait émis le 3 novembre des mandats d’arrêt européens à l’encontre de Carlès Puigdemont, ex-président de la région catalane, mais aussi des anciens ministres régionaux Antoni Comin, Meritxell Serret, Lluis Puig et Clara Ponsati, qui s’étaient exilés fin octobre en Belgique avec lui.

L’audience s’est déroulé à huit clos. L’Espagne veut juger les cinq dirigeants pour rébellion, sédition après le referundum illégal organisé en Catalogne du 1er octobre.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a affirmé vendredi qu’il se plierait à la décision de la justice belge sur l’exécution du mandat d’arrêt européen émis par son pays à l’encontre du président catalan déchu Carles Puigdemont, en exil à Bruxelles.

«Je fais confiance au pouvoir judiciaire et, par-dessus tout, je respecte et me conforme à ses décisions (…) Si nous commençons à remettre cela en question, je ne pense pas que nous serons sur la bonne voie», a répondu Mariano Rajoy à une question sur le sujet, en marge d’un sommet européen à Göteborg, en Suède, consacré aux questions sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.