Ce que l’Imam de Conakry devrait faire contre celui de Kindia  

C’est manifestement une hypocrisie générale qu’on est en train de vivre en Guinée, alors que le pays est exposé au chaos béant, à cause notamment de la cristallisation ethnique. La Société civile en fait peu pour dissuader les acteurs de la montée du tribalisme. La Justice quant à elle est tout simplement absente. Les religieux se limitent aux discours faits de langue de bois.

Comme ce fut le cas d’ailleurs avec le grand Imam de Conakry, suite à la sortie hasardeuse de l’imam de Tafory (Kindia). Pourtant, ce devrait être une bonne occasion de dégommer le bonhomme ou d’en faire un lobby contre l’imam de Tafory (Kindia). L’action allait d’abord consister à lui interdire d’officier les prières, ensuite lui faire un avertissement verbal pour qu’il serve de leçon, enfin organiser une grande rencontre de mollah afin de donner de nouvelles orientations. Cela n’a pas été le cas. Le grand Imam de Conakry s’est juste limité à cette déclaration : « Ne pensez pas que si ce n’est pas un soussou que ce n’est pas bon. Les malinkés aussi ne doivent pas imaginer que si ce n’est pas un malinké,  ça ne marchera pas. C’est la même chose  pour les peulhs ainsi que pour les forestiers.  Tant que vous avez un parti ethnique, différent du parti national, vous ne pouvez rien faire…  Personne n’est supérieur à son prochain ici.  Un Malinké ne dépasse pas un Soussou ; un soussou aussi ne dépasse pas un Peulh ; un peulh aussi ne dépasse pas un Toma ou un Kissi. La Guinée appartient à toutes les ethnies. La Guinée n’est pas loin du développement, elle peut se développer à condition que les fils du pays s’unissent. L’année à  laquelle toutes les ethnies de la Guinée vont s’unir, elle peut se développer. »

Qui donc si demain, un autre ne va pas sortir des bois pour dire pire que ce que Tafory a dit !

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.