Ces leçons de Kouyaté à Dalein…

« La signature de cet accord du 8 août a été une erreur politique de la part de CellouDalein Diallo. Le président de l’UFDG a préféré s’assoir encore avec ce qu’on appelle la mouvance présidentielle, mais c’est le RPG, pour essayer de sortir un accord que je considère farfelu, parce qu’il n’a rien résolu. Et c’est d’ailleurs ce dernier accord, qui a entrainé des morts. »

Lansana Kouyaté n’a jamais changé. Il tance parfois poliment son ex partenaire. Le blâme très souvent. Mais, il a toujours eu une vision plus saine de la gouvernance d’Alpha Condé et des manœuvres qui cimentent ce régime. Pour lui, le chef de file de l’opposition doit connaitre l’homme à qui il a affaire, celui-là même qui ne respecte point les lois. « Quand on négocie avec celui qui n’a pas appliqué au moins 3 accords, il faut savoir qu’en signant un autre accord, il vient avec des arrières pensées », fait-il savoir. Lansana Kouyaté trouve d’ailleurs la source du mal : « C’est avec beaucoup de peines et de douleurs, que je vois se décaler la haine, la violence, et la barbarie. Je crois que tout a une cause, la première cause de tout ceci, c’est les lois qui ne sont pas respectées, des négociations dont les conclusions ne sont pas respectées. Ce qui crée une sorte de méfiance entre les partis »

Et le leader du PEDN d’ajouter : « L’accord d’octobre 2016, où l’on a bricolé les élections communales, nous n’avons pas voulu signer cet accord, parce que nous savions qu’il était inique, et qu’il ne serait même pas appliqué. C’est quasiment un duel entre le RPG et l’UFDG. »

Un conseil à Dalein de la part du PEDN : « Je lui dirais que s’il y a eu cent morts, c’est parce que simplement, il a alterné négociations, y compris avec règle de droit. Quand tu t’en tiens au droit, même si tu ne marches pas, alors tu fais sentir que c’est le droit qui doit prévaloir. Mais comment voulez-vous que le pouvoir prenne au sérieux quelqu’un qui, marionnette aujourd’hui, demain tend la main et bricole avec le pouvoir ? Dans ça, un accord ne sera jamais respecté. Voilà des situations qui sont un danger, et pour l’UFDG qui est un grand parti, et pour toute la Guinée, parce que ça nous expose à de multiples souffrances ».

L’opposition appréciera.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.