Ces prisonniers personnels d’Alpha Condé…

Certains sont déjà morts suite aux conditions de détention désastreuses, d’autres sont déjà invalides, un troisième groupe est menacé par une maladie non traitée mais camouflée par les autorités judiciaires.

Ces prisonniers personnels d’Alpha Condé (Oumar Sylla dit FoyinkéMengué, Ousmane Gaoual Diallo, Ismaël Condé, Chérif Bah, Etienne Soropogui, CellouBaldé, Abdoulaye Bah, Mamadi Condé dit Madic 100 frontières, Souleymane Condé, Amadou Diouldé Diallo, etc.) vivent l’enfer à huis clos. Et le régime opte irrémédiablement au déni des atrocités perpétrées et les statuts de ces cadres et autres nombreux militants de l’UFDG.

La situation inquiète et Monénembo en fait une part entière à lui : « Depuis l’accession d’Alpha Condé au pouvoir, la répression, ce mal endémique de la Guinée, a ressurgi avec une virulence qui rappelle les années noires, celles des pendaisons publiques et du Camp Boiro. On attendait de celui qui passe pour « le premier président démocratiquement élu de la Guinée » qu’il nous fasse oublier le fouet de Lansana Conté et la terreur de Sékou Touré. On attendait de l’ancien prisonnier politique la réhabilitation des Droits de l’Homme, assortie d’un respect scrupuleux de la vie humaine. Par ses paroles comme par ses actes, il se situe hélas aux antipodes de toute valeur juridique et morale. »

Et d’ajouter : « Voilà maintenant six mois que ces 400 personnes végètent à la Maison Centrale de Coronthie sans jugement. On y trouve des hommes politiques, des journalistes, des cadres de haut niveau mais aussi des anonymes (des familles entières parfois) cueillis nuitamment chez eux alors qu’ils dînaient ou dormaient du sommeil du juste. Mais le cynisme d’Alpha Condé ne s’arrête pas là : 150 mineurs font partie du lot. A ce jour, 20 d’entre eux ont bénéficié d’une libération conditionnelle, les autres ont été déférés devant le tribunal militaire qui en Guinée sert de siège au tribunal pour enfants. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.