Chronogramme électoral : un retard rattrapable ?

De l’avis de Papa Koly Kourouma, la crise qui mine la CENI est tout sauf réelle. Elle est virtuelle. C’est dire que tous les autres artifices sont faits à dessein pour détourner les opposants de l’essentiel. Dans un entretien accordé à la presse locale, le leader du GRUP estime  qu’à date la CENI devrait pouvoir lancer un appel d’offres pour l’audit du fichier avant mai 2017.

Seulement regrette-t-il, « Nous sommes en août, on ne sait même pas si le Terme de référence (TDR) est prêt, ni l’appel d’offres. Voilà, un retard qui ne peut pas s’expliquer aujourd’hui. Alors, vous pensez que l’opposition va s’asseoir pour attendre Mathusalem, mais ce n’est pas possible. » Il est d’accord que le retard accusé est bien rattrapable. Mais, « Ça dépend de la volonté qu’on exprime. S’il y a une réelle volonté politique, nous ne sommes qu’au mois d’août. Donc, on peut tenir les communales entre octobre-décembre. »

Pour y arriver,« Il y a déjà eu un chronogramme qui a été élaboré à Kindia, il existe encore, mais dont la mise en œuvre n’a pas vu le jour. Si on est sérieux, il y a juste un glissement à faire qui nous permettra d’avoir le chronogramme en moins de deux minutes. Mais quand les gens pensent qu’il faut aller dans une académie comme si on faisait une recherche scientifique c’est ce qui amène des histoires. »

Aujourd’hui en tout cas, les nouvelles autorités de la CENI sont acculées, mais surtout surveillées par la classe politique dans son ensemble opposition et majorité y compris. Tous les deux sont échaudés par les manœuvres du président déchu de la CENI.

SalifouKébé et son équipe sont loin de trouver le sommeil. Soupçonné appartenir au pouvoir le nouveau président de la CENI a tout de même toutes les cartes en main pour en sortir grandi. Il est question de responsabilité historique. A lui donc de jouer.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.