Climat des affaires en Guinée : Kassory sur d’autres contrevérités ?

«En terme de réforme on a été classé comme 5è pays le plus réformateur du monde, ça veut dire qu’en terme de programme de réforme, nous avançons, nos lois s’améliorent, nos cadres institutionnels s’améliorent. »

Sacré Kassory Fofana dans ces contrevérités inoxydables qu’il veut user pour endormir les Guinéens qui le croient encore. Se rappelant qu’ils ne sont pas assez nombreux à avaler ces couleuvres le Premier ministre se rétracte : « Ce n’est peut-être pas assez pour aller plus vite, et c’est de notre travail d’aller de l’avant sur ces reformes passées, c’est à ce prix qu’on peut atteindre le taux de croissance ambitionné par le président de la république, c’est à ce prix qu’on peut améliorer le cadre de vie des guinéens et sortir du stress en ce qui concerne l’emploi de la jeunesse d’aujourd’hui. »

L’amélioration du climat des affaires passe absolument la stabilité politique et sociale. Elle passe aussi par la sécurité des personnes et de leurs biens. Ensuite, le cadre normatif et règlementaire, etc. A cela, il faut ajouter certainement la justice fiable. Il se révèle que la Haute Cour de justice devant juger les hauts cadres de l’Etat n’est pas installée. La corruption est érigée en devise. Les auteurs présumés narguent les Guinéens. Les détournements font légions. Au même moment, la  Cour Constitutionnelle tangue depuis que le président Condé a voulu faire payer à Me Kèlèfa Sall son outrecuidance d’interpeller le président élu sur toute tentation de rallonge du mandat qui tend vers la fin. C’est ce climat que Kassory Fofana qualifie de favorable aux investissements étrangers.

Des contrevérités qui en disent long sur ce qu’on pourrait bien attendre de son magister : le chaos rampant !

Jeanne Fofana, correspondant www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.