La colère de Cellou Dalein face aux propos «anticonstitutionnels » de Malick SANKON

La sortie du directeur général de la caisse nationale de sécurité sociale du samedi, 14 octobre dernier continue à susciter des réactions. Il avait annoncé en fait le recrutement de 2500 à 3000 jeunes pour sécuriser son institution. D’ores et déjà, plusieurs voix se sont élevées pour exiger que Malick SANKON soit traduit en justice. Ce 21 octobre, c’était le tour du chef de fil de l’opposition de revenir à la charge.

Devant ses militants mobilisés à son siège pour le rassemblement hebdomadaire, Cellou Dalein DIALLO n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer l’attitude de SANKON. « Ce sont ces milices privées qu’on veut reconstituer pour intimider, piller, couper les routes. Alors que nous avons des institutions, si c’est pour défendre la République. L’Etat prélève des impôts, des taxes sur chaque morceau de sucre, chaque miche de pain. Chaque communication que vous faites, vous payez de l’impôt. C’est cet argent qui doit servir à recruter, former et habiller les forces de défense et de sécurité. C’est à celles-là de défendre la République si elle est menacée. Mais comme elle n’est pas menacée, il s’agit d’exercer des violences sur l’ufdg, sur l’opposition. On recrute d’autres pour le faire. On les paye et leur garantit l’impunité » a lancé le président de l’union des forces démocratiques de Guinée.

De son côté, Maitre Libila Michel SONOMOU, président de l’ONG  avocats sans frontières menace de se constituer partie civile pour trimbaler SANKON en justice mais aussi organiser des manifestations contre l’intéressé.

Oumar Rafiou DIALLO, kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.