Comment qualifier et moraliser le système éducatif guinéen ?

Alpha Condé affiche sa volonté d’accompagner les Ministres du système éducatif dans la poursuivre et l’intensification de la technique biométrique dans la gestion de leurs départements. La démarche vise notamment à« lutter plus efficacement contre la fraude et les détournements et qualifier davantage l’école guinéenne en la mettant au diapason des nouvelles technologies. »

Mais, pour y arriver, il a donné au gouvernement les instructions nécessaires pour l’organisation d’Etats Généraux dans les secteurs de l’Education, de la santé et de la Justice dans le but d’en établir un diagnostic sans complaisance et suggérer des solutions adéquates et concertées aux maux qui affectent ces secteurs importants de la vie nationale.

Un avant-goût a été déjà donné avec la communication du Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation a fait une communication relative aux examens nationaux au compte de la Session 2021.  Selon le porte-parole du gouvernement, des dysfonctionnements sont constatés à chaque phase du processus. Il s’agit notamment : l’établissement de la liste des candidats ; l’édition des sujets à Conakry ; la multiplication des feuilles et l’emballage des enveloppes sécurisées ; l’étiquetage des épreuves.

Selon lui, ces dysfonctionnements proviennent de l’absence d’une base de données des élèves. Une telle situation est une source d’erreurs de filiation et facilite l’introduction frauduleuse dans la liste, de candidats non autorisés, en infraction aux règlements généraux des examens nationaux.Le Ministre a informé que pour la session 2021, l’effectif est passé de 617 705 candidats remontés par les structures à la base à 445 762 retenus, soit une réduction de 171 943 candidats. Le processus de moralisation et de contrôle se poursuit.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.