Comment réglementer les barrages routiers inter urbains ?

Les barrages inter urbains en Guinée sont inutilement nombreux. Pour l’essentiel, ils sont érigés pour arnaquer les usagers de la route. Policiers et gendarmes rivalisent d’ardeurs pour sauter sur toutes les occasions. Les douaniers font le reste. A certains endroits, ce sont bien des bérets rouges qui commettent l’indélicatesse.

Tout ce beau monde s’agglutinent, écument les barrages et les engins roulants. Qui pour contrôler des pièces d’identité, qui pour fouiner dans les porte-bagages, qui pour s’assurer que le chauffeur s’est acquitté à la caisse…noire, moyennant reçu. Ces barrages peu filtrants fatiguent et retardent les usagers plus qu’ils ne rendent services à la communauté. C’est pour ainsi inverser la tendance qu’Alpha Condé a instruit son gouvernement, « d’engager la réflexion, dès maintenant, pour les mesures à prendre afin de réglementer les barrages routiers et mettre fin à leur prolifération anarchique sur le territoire national, très dommageable aux transporteurs et aux usagers de la route. »

Désormais,  « en dehors des barrages officiels, aucun autre n’est autorisé. Ensuite, qu’il n’y a qu’une seule motivation aux barrages, c’est le contrôle de sécurité. » Conséquence : un communiqué conjoint signé de Mohamed Diané et de Damantang Camara menace des sanctions contre les auteurs des barrages non-autorisés ou des pratiques de racket systématique aux points de contrôle. Cette mesure va certainement soulager les transporteurs routiers.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.