Composition partielle du gouvernement : Et si Alpha était sous pression

Un mois après sa prise de fonction pour un nouveau mandat de 6 ans, Alpha Condé 82 ans,  peine à former son gouvernement. Si la reconduction de son Premier ministre Kassory Fofana, n’a pas été une grosse surprise, la formation du gouvernement des interrogations.

Le locataire de Sékhoutouréya opte pour une nomination au compte-goutte, en maintenant l’essentiel des ministres sortants à leurs postes.

Après la nomination des 16 ministres dont deux entrants et deux départs, en l’occurrence Moustapha Naité des Travaux Publics et Mariama Camara de l’Agriculture, un seul a changé de poste. Il s’agit de Mamady Touré qui quitte les Affaires Etrangères pour rejoindre la présidence de la République en qualité de ministre conseiller spécial du Chef de l’Etat.

Suivra ensuite la confirmation des trois autres ministres, en l’occurrence, Dr Bano Barry à l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Abdoulaye Magassouba aux Mines, Mamadou Ballo à la Fonction publique, dans un décret rendu public jeudi soir à la télévision nationale.

Cette nomination au compte-goutte suscite des interrogations quant aux choix des hommes devant appartenir à la nouvelle équipe gouvernementale.

Alpha Condé est-il libre dans ses choix ?

Rien n’est sûr surtout que l’agitation de Mouctar Diallo qui juge insuffisant le poste de ministre de la Jeunesse et de l’emploi jeune provoque la colère du RPG originel, qui a d’ailleurs tenue une réunion extraordinaire jeudi, afin de tirer les leçons des récentes nominations. Une manière pour le parti présidentiel de faire la promotion de ses cadres et accentuer la pression sur Alpha Condé dans ses choix de la nouvelle équipe gouvernementale.

Entre alliés du parti au pouvoir et militants des premières heures du RPG, Alpha Condé a un choix certes difficiles. A cela s’ajoute sa volonté de maintenir l’essentiel des ministres sortants à leurs postes pour « changer autrement » avec les mêmes hommes.

Au niveau de la présidence de la République, sur les 39 cadres nommés jeudi, tous ont été confirmés. Comme pour dire, Alpha Condé veut continuer les mêmes hommes.

En attendant la liste complète des membres du gouvernement, de nombreux observateurs craignent de voir le locataire de Sékhoutouréya d’être pris en otage par un clan avec lequel il s’est entouré depuis plus une décennie, rappelant ainsi les derniers moments du règne du Feu Lansana Conté.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.