Compromission avec la Loi des finances: l’UFDG peine à convaincre

La honteuse compromission des opposants dans le vote de la Loi des finances aura été aussi l’autre goutte d’eau qui avait fait éclater la colère d’Aboubacar Sylla, président de l’UFC et allié de l’UFDG. Cet opposant dénonce ce qu’il appelle« connivence créée au niveau de l’Assemblée nationale entre la mouvance présidentielle et le groupe parlementaire de l’opposition pour voter le budget de l’Etat 2018. »

Pour l’UFC,«C’est du jamais vu même en Guinée, dans tous les pays du monde il n’y a jamais eu d’accord même tacite, entre la mouvance et l’opposition sur le budget de l’Etat. » Au niveau de l’UFDG, on peine à convaincre. En cause : « Parce qu’à chaque fois que nous tentons de nous abstenir pour dire attention à tel ou tel paragraphe ou à une question, l’on nous dit qu’on n’est pas pour le progrès de la Nation. Chaque fois qu’on attaque un projet qui pourrait aller dans un village même s’il est mal fait on dit qu’on est contre ces habitants-là, alors finalement nous avions dit qu’il serait mieux de voter et les regarder à l’œuvre. »

Avec un bémol tout de même : « Nous avons dit qu’il faut que le RPG-arc-en-ciel accepte qu’au courant de cette année pour ce budget en exécution que l’Assemblée nationale fasse l’un des volets de son vrai travail, c’est-à-dire le contrôle du gouvernement. » Et Chérif Bah de se camoufler :« Nous de l’opposition, nous avons toujours initiés des enquêtes parlementaires qu’ils ont bloqué. Sinon face aux différents scandales que la presse dénonce tous les jours il y a matière à travailler pour les députés pour autoriser des groupes d’enquêtes. Ils doivent pouvoir recruter des auditeurs pour vérifier tel ou tel aspect. »

L’UFC appréciera.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.