Conakry-Kigali : Paul Kagamé fascine Alpha Condé

« Le Rwanda est mieux géré que la Guinée. Je n’ai aucune honte de dire qu’un pays africain est bien géré que la Guinée. Le Rwanda est un bon exemple pour moi. Ce que nous pouvons prendre chez eux sans copier, nous le prendrons pour améliorer notre gestion. Parce que nous venons de loin à cause de la mauvaise gouvernance qui a longtemps caractérisé la Guinée. »

Toute honte bue, c’est ce que déclare Alpha Condé, président démocratiquement élu, pour quand même adoucir les mœurs et parler comme les diplomates occidentaux. Près de dix ans de gestion, Alpha Condé s’occupe du détail. Et pourtant, Kagamé est loin d’être un bon exemple. L’homme peut bien semer la mauvaise graine, aiguiser l’appétit d’Alpha Condé à modifier la Constitution. Kagamé est « l’un des plus impénitents fossoyeurs des textes fondamentaux des pays africains. Celui-là même qui, contre vents et marées, contre toutes les levées de bouclier de la communauté internationale, a récemment porté un gros coup de canif à la loi fondamentale de son pays, pour s’ouvrir la voie d’un troisième mandat qu’il s’offrira sans coup férir. »

Mais déjà, les opposants sont en alerte. Pour Faya Milimono, « Alpha Condé peut bien tenter de modifier certaines dispositions de la constitution pour avoir un troisième mandat. Mais aujourd’hui, toutes les plateformes de la société civile, y compris les partis politiques d’opposition, ne goberaient pas qu’on touche à une disposition de la constitution ouvrant la voie à un troisième mandat. » Alpha Condé est tout de même fasciné par Paul Kagame, ce despote svelte tenant tête à l’Occident. A analyser de près les discours panafricanistes désuets d’Alpha Condé, il y a bien une similitude de posture : il s’agit de narguer l’Occident en revendiquant un nationalisme nauséeux pour mieux asseoir une autocratie éclairée, absolue ou autre.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.