Conakry: La marche de l’opposition stoppée à Donka…

Les opposants guinéens, qui avaient appelés leurs militants à une journée de manifestation dans plusieurs quartiers de Conakry, ont une nouvelle fois été empêchés de marcher dans la rue. Mobilisés au domicile du Chef de file de l’opposition, les adversaires d’Alpha Condé avaient pris le départ à Dixinn pour rallier l’esplanade du palais du peuple à Kaloum. Mais ils ont été stoppés par un important dispositif de sécurité à coup du gaz lacrymogène.

Cellou Dalein Diallo qui était entouré de Papa Koly Kourouma et d’autres leaders politiques avait une nouvelle fois voulu braver l’interdiction de marcher quand ils se sont heurtés à un mur de sécurité. Alors que l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa- Sonfonia-Cimmentérie-Kagbélen est toujours militarisé avec l’installation des PA, des agents de police et de la gendarmerie sont postés dans différents endroits de l’axe Dixinn-Donka-Kaloum.

Au pont 8 novembre, point d’entrée de la Commune de Kaloum, près d’une dizaine de Camions et pick-up de la police sont visibles sur le long de la route, tout comme le palais du peuple le carrefour Coronthie et le carrefour Sûreté ou le lycée 02 octobre, où débordement du corps enseignant, avec la grève du SLECG,  est toujours attendu.

Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, certains militants de l’opposition se sont repliés au domicile de leur leader à Dixinn, alors que la circulation a été perturbée sur l’axe Donka-Dixinn.

Pendant l’installation des exécutifs communaux n’est toujours pas bouclée dans certaines circonscriptions, comme c’est le cas, à Matoto, Ratoma, Sangarédi, Kamsar, Wouré Kaba, Kankan, Brouwal Tappée, les opposants, qui ne désarment pas, réclament toujours l’application de l’accord du 08 Août 10 mois après le scrutin communal du 04 février 2018 ainsi que la justice aux 103 victimes de la répression policière des manifestations.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.