Conakry : lancement d’une opération de fermeture des cliniques illégales

Annoncée depuis quelques semaines, suite au décès de la journaliste Mariama Kouta Diallo dans une clinique privée lors d’une intervention chirurgicale, une opération de fermeture des cliniques illégales a été lancée ce mercredi par les services spéciaux de lutte contre la drogue et les crimes organisés et l’Ordre national des médecins de Guinée. La campagne «Opération pour sauver des vies» a été lancée dans la commune de Matam, à Conakry. Quelque vingt-cinq installations sanitaires sont ciblées par les hommes de Moussa Tiegboro Camara.

L’inspecteur général de la santé le Pr. Aboubacar Sidiki Diakité n’a pas caché son sentiment de déception après avoir vu les réalités du terrain. «Il est difficile d’assumer cette responsabilité mais nous devons l’assumer. Et nous voulons prendre nos responsabilités pour agir conséquemment», a-t-il indiqué. Il s’est dit déçu par certaines installations.

Au cours de cette campagne, des visites seront menées dans les locaux des structures concernées. Leurs dossiers seront passés au peine fin.

Le président de l’Ordre national des médecins le Pr. Hassane Bah a dressé trois catégories de personnes qui exercent actuellement la médecine en Guinée. «Il y a des médecins de qualité qui exercent dans des très bonnes conditions. [Par contre,] il y en a d’autres qui n’ont pas de qualification et qui exercent dans des très mauvaises conditions. [Et une troisième catégorie] qui n’a aucune qualification, composée de non-médecins mais qui exerce la profession», a-t-il révélé.

Selon le Pr. Bah, la mission «c’est d’abord de voir si celui qui pratique la médecine a les qualifications requises. On va ensuite demander le diplôme, l’agrément et l’arrêté d’exploitation», a-t-il promis.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.