CONCOURS FONCTION PUBLIQUE : fausses promesses et corruption…

A travers les manifestations des enseignants contractuels qui, durant la semaine écoulée, ont perturbé la reprise des cours dans bien d’établissements scolaires du pays, on mesure le fiasco qui a été le concours récemment organisé pour le recrutement à la fonction publique. Car il n’y a pas que les fausses promesses qui résulteraient d’une incapacité avérée à prendre tous les contractuels auxquels des engagements fermes avaient tenus. Il est surtout question de corruption que des candidats avaient soupçonnée au moment même où se tenait le concours.

Le paradoxe avec la gouvernance sous Alpha Condé, c’est le fait que ses acquis sont en trompe-l’œil. En effet, au nombre des réformes qui font la fierté d’Alpha Condé, il y a la pseudo-réforme de l’administration avec en prime le retour du concours comme moyen d’accéder à la fonction publique. Mais à l’image des résultats rendus publics il y a quelque temps, on sent ce n’est là qu’un effet d’optique. Parce qu’il n’y pas en réalité de concours. Dans les faits, c’est une sélection qui ne dit pas son nom dont les heureux bénéficiaires sont les nantis ou ceux dont des parents sont très haut-placés dans la hiérarchie.

Dans le cas du dernier concours, la stratégie a consisté à créer de toutes pièces une pagaille généralisée de nature à perturber l’atmosphère de sérénité qui aurait permis de découvrir la magouille qui s’organisait. Ainsi, dans plusieurs centres, des candidats avaient relevé le fait que les PV étaient dupliqués. Et quand quelques-uns ont voulu en savoir davantage, on leur tout bonnement rétorqué que cela relevait d’erreurs organisationnelles qui devraient être corrigées avant la correction des épreuves.

Quel mensonge ! Parce que dans de très nombreux cas, les gens sont finalement surpris de découvrir d’autres noms accompagnés de leurs PV. Et quand ils ont voulu en parler, le mécanisme se hâte de les faire passer pour de mauvais perdants qui, au lieu d’assumer leur échec, reporteraient leur frustration sur le gouvernement. La page aussitôt tournée sur ces destins brisés et ces espoirs déçus. Le changement, c’est cela aussi.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.