Condé se défausse sur le peuple pour avoir un 3è mandat

Ce pourquoi Alpha Condé continue encore à garder le suspense – déjà en cours de découverte – quant à sa réelle volonté de briguer un 3è mandat, à l’issue de la modification de la Constitution est de plus en plus connu de tous. Pour y arriver, il évoque la volonté du peuple comme partout en Afrique en pareille circonstance où des opposants dits historiques veulent se muer en despote éclairé ou autocrate immature.

En Guinée, Alpha Condé se refuse de tous commentaires tranchants. Il entretient l’ambiguïté derrière ce qu’il appelle le peuple. Peuple, peuple, peuple est désormais devenu la honteuse rengaine qui revient dans tous les discours liés aux velléités d’un 3è mandat. Pourtant c’est ce peuple qu’il martyrise sans cesse qui l’avait élu et devant qui, il avait pris juré de « des respecter et de faire respecter » la Constitution et les lois de la République. C’est aussi à ce peuple qu’il avait promis tout et n’importe quoi y compris la construction des ponts même là où il n y a pas de fleuve. Mais, ce peuple désabusé et abusé ne veut plus rester les bras croisés.

Il interpelle papa-promesse sur tous les domaines promis : eau, électricité, route, etc. Souvent avec violence dénotant un ras-le-bol généralisé. Des petits malins démagogues du gouvernement ou du RPG, voire les deux cherchent des bouc-émissaires au sein des opposants, en parlant de manipulation. Ils ont tout faux. Alpha Condé ne reconnait le peuple que quand l’heure de glisser les bulletins dans les urnes arrivent, comme ce le cas actuellement avec le 3è mandat, les élections locales, etc. C’est pourquoi, il évoque peuple, peuple, peuple. Pour caresser celui-là, il déclare récemment : « La seule chose qui m’importe, c’est de tenir les engagements que j’ai pris devant le peuple de Guinée lors de ma réélection. Si certains veulent discuter à l’infini du sexe des anges, c’est leur problème. »  Et d’ajouter, parlant du 28 septembre : « Ce qui préoccupe les Guinéens qui m’ont élu, ce n’est pas le 28 septembre, c’est l’eau, l’électricité, les transports et le panier de la ménagère. »

 

Une réelle diversion pour rouler dans la farine ceux le croient encore.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.