Congrès du SPPG: Sidi Diallo dresse le bilan de l’équipe sortante

Alors que le premier mandat vient de s’achever, le bureau sortant du Syndicat de la presse privée dresse le bilan des trois dernières années.

Même si on se félicité des certaines avancées, notamment l’élaboration du document relatif à la Convention collective  de la presse privée, Sidi Diallo regrette quelques défaillances au cours des trois dernières années.

Toutefois, le Secrétaire général sortant du Syndicat de la presse privée appelle les journalistes à se faire syndiquer.

« Il y’a des points qui n’ont pas été satisfaits, c’est le cas de certaines négociations avec certaines radios, le cas de nos amis de Globale Fm, qui ont été finalement licenciés et le syndicat n’avait pas pu apporter une grande solution. Il y a eu beaucoup de défaillances dans le fonctionnement même du bureau exécutif du syndicat. Ensuite, notre message n’a pas été bien compris par les journalistes mêmes que nous défendons, parce qu’on ne comprend pas pourquoi certains journalistes ont peur de se faire syndiquer alors que tous les patrons de presse, qui sont au sein des associations, se retrouvent au sein de cette commission technique pour élaborer enfin la convention collective qui sera très bientôt une réalité dans notre pays », regrette Sidi Diallo.

Toutefois, précise Secrétaire général de la presse privée « Selon les statuts et règlements intérieurs, le bureau a un mandat de trois ans, renouvelable une seule fois. C’est pourquoi après la fin de notre mandat, nous convoquons la date du congrès qui aura lieu le 17 septembre prochain ici à la maison de la presse, où un nouveau bureau sera mis en place pour conduire les destinées de ce syndicat. Et c’est seulement les membres du syndicat qui vont élire le syndicat. Pour être éligibles et électeurs, il fait être membre », précise-t-il.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.