Contentieux Hamana-Safricom : Mohamed Kourouma persiste et signe

En dépit de décisions de justice donnait raison à Alseny Barry au sujet du différend l’opposant à Mohamed Camara de Hamana SA, ce dernier ne démord pas. S’estimant victime d’une sorte de complot ourdi par une vaste complicité mêlant son adversaire, mais aussi, la société Transco, des hauts cadres de l’administration publique et de la justice.
Courant toujours après 5000 tonnes de riz qu’il dit lui avoir été dépossédés par Safricom, Mohamed Kourouma était de nouveau, ce jeudi, devant la presse.
Remontant aux origines du litige, il rappelle qu’il y a trois ans, il avait commandé à un partenaire indien une cargaison de riz de marqué Alizé de 27.000 tonnes. Le riz, une fois arrivé à Conakry, il aurait requis le service de Transco, pour la manutention, le transit et le stockage du riz dans ses magasins de Madina. Mais quel ne fut son étonnement de voir Alseny Barry, avec la complicité de Transco, venir retirer 5000 tonnes du stock qu’il a importé. Sa démarche vise donc à récupérer ce riz-là qu’il dit lui avoir été injustement retiré.
Le problème, c’est que dans l’autre camp, mais aussi selon la version de Transco confortée par deux arrêts du tribunal de première instance de Kaloum et de la Cour d’appel de Conakry, le bateau contenait 32.000 tonnes, avec donc 5000 tonnes appartenant bel et bien à Alseny Barry. Selon donc la version de Safricom, il n’a pris que son riz. A l’appui de ce discours, Alseny Barry aime souvent brandir le connaissement qui fait de lui le destinataire des 5000 tonnes qu’il avait récupérées.
Mais Mohamed Kourouma qui persiste à ne pas l’entendre de cette oreille-là, menace de saisir les juridictions sous-régionales, s’il le faut. Car de son point de vue, tout le monde s’est curieusement ligué contre lui.
Alexis Delamou, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.