Couloir de négociations avec le SLECG : la duperie à peine voilée

« Pas d’augmentation ni en 2019 ni en 2020 tant qu’on n’a pas fini l’assainissement du fichier de la fonction publique, pour savoir ce qu’on en fait des économies qui sortent de là. » Kassory Fofana joue sur deux tableaux. Il utilise la carotte et le bâton. Mais dans les faits, c’est une duperie à peine voilée à laquelle Kassory s’est livré.   

Extrait : « Nous sommes prêts, absolument prêts, à tout mettre en œuvre pour que l’école redémarre. Le gouvernement est engagé à discuter. Le gouvernement n’a pas dit que nous allons parvenir à un accord sur les 8 millions, on a dit qu’on va rouvrir le couloir de négociations sur les 8 millions. Le gouvernement a promis d’ouvrir un couloir de négociations. Vous savez, la Guinée suit un programme économique. Après les 40%, nous n’avons aucune possibilité d’augmenter les salaires au cours de la même année. Ce n’est pas possible ! Il faut rappeler qu’en 2011 la masse salariale était à 27 milliards de francs guinéens. Aujourd’hui, nous sommes à 85 milliards. L’Etat a fait des efforts. Il faut le reconnaitre. Nous disons aux enseignants, de nous assister à assainir le fichier. »

De toute évidence, «Nous n’irons chercher personne pour travailler. Mais ce qui est clair, ceux qui ne travailleront pas, c’est la législation qui le dit, n’auront pas de salaire. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.