Coupeurs de route : la traque avec 500 gendarmes !

Les coupeurs de route font la razzia entre Mamou Faranah, Mamou Kindia, Dalaba-Tougué et bien ailleurs sur le territoire national. Les usagers de la route de l’arrière-pays sont loin d’être en sécurité. Pendant ce temps, la Capitale s’encombre de policiers et de gendarmes qui arnaquent à tout-va.

Excédés, les transporteurs en commun dénoncent, les usagers dénoncent. Le gouvernement veut se bouger avec quelque 500 gendarmes. Comme si la sécurité est une histoire ponctuelle. Que fait-on du budget de l’Armée ? Pourtant, dénonce un opposant, « le projet de budget de la loi de finance 2017, vous voyez les priorités du gouvernement. Si l’armée fait 1400 et quelque milliards ou 1500 milliards GNF vous trouvez que la police ne fait même pas 400 milliards. Donc le pouvoir aujourd’hui préfère protéger son pouvoir que de sécuriser sa population. Ça c’est des actions ponctuelles qui ne peuvent pas avoir un impact à long terme. »

 

Pour Makanera Kaké, « La sécurité exige la formation, il faut donner les moyens aux agents, il faut suffisamment d’agents par rapport à la population, il faut une justice qui condamne et une prison qui maintient les délinquants et aussi il faut un minimum parce que vous savez la pauvreté est une raison fondamentale qui pousse les gens vers la délinquance. Donc il faut résoudre tous ces problèmes là ; pour qu’on puisse parler de la sécurité. Bien qu’on ne puisse jamais sécuriser 100% mais on peut diminuer beaucoup le taux de criminalité mais en utilisant des actions ponctuelles. »

Le reste ? Une poudre aux yeux, pourrait-on conclure.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.