Cour Constitutionnelle : « La lutte ne fait que commencer », prévient Sékou Koundouno

Après un sit-in réussit ce mercredi devant la Cour Constitutionnelle, la Cellule Balai Citoyen lance un avertissement aux 8 frondeurs de l’institution, qui comptent élire un nouveau Président le 27 septembre prochain.

Selon le Coordinateur de cette plateforme de la Société civile guinéenne, la lutte ne fait que commencer. D’autres actions seront menées à Conakry et à l’intérieur du pays, dès après l’élection d’un nouveau Président.

« Nous informons les putschistes qui ont décidé d’installer un nouveau président le 27 septembre, qu’il y aura une guérilla urbaine à Conakry et à l’intérieur du pays. Des actions concrètes de manifestations de rues seront entamées jusqu’au retour de l’ordre constitutionnel. Des manifestations qu’elles soient autorisées ou pas se tiendront. Nous disons aux autorités que ces droits sont non négociables. La lutte ne fait que commencer. Nous disons aux putschistes et à leur commanditaire que le putsch a été déjoué. Si on revient ici, ce sera pour les déloger », a prévenu Sékou Koundouno.

 Jusqu’à preuve contraire, préviennent ces activistes de la Société Civile, Kéléfa Sall restent et demeure le Président de la Cour Constitutionnelle. C’est pourquoi, ils appellent les 8 frondeurs à reconsidérer leur décision

«  Ces huit sorciers, ces huit frondeurs, ces huit cannibales doivent revenir à la raison. S’ils ont pris l’argent avec qui ce soit, ils n’ont qu’à le bouffer mais qu’ils arrêtent de dire qu’ils destituent Monsieur Kèlèfa Sall. Tant que son mandat n’est pas fini, il va rester et demeurer président de la cour constitutionnelle », a rappelé de son côté Oumar Sylla, un activiste de la Société civile.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.