Covid-19, quel bilan pour l’Afrique?

La pandémie de Covid-19 a impacté négativement le continent africain mais des points positifs sont également à noter.

Lorsque l’Organisation mondiale de la santé a déclaré la propagation de la Covid-19 comme une pandémie le 11 mars 2020, le continent africain n’avait officiellement que peu de cas d’infections et aucun décès. Un an après, la situation a changé, les cas d’infections ont augmenté tout comme le nombre de décès. 
Récemment, l’Autorité africaine de contrôle des maladies (Africa CDC) a signalé près de quatre millions d’infections confirmées et plus de 100.000 décès liés au coronavirus sur le continent. Mais dans la réalité, le nombre de cas non signalés est probablement beaucoup plus élevé et ceci n’est pas sans conséquence. 

Encore plus d’inégalités

Fermeture des écoles, ralentissement des activités économiques… la pandémie de coronavirus et les restrictions qu’elle a engendrées a eu comme ailleurs des conséquences en Afrique. L’économie du continent a beaucoup souffert des barrières commerciales et de l’effondrement mondial de la demande. 
Les fermetures de frontières ont été très lourdes pour le secteur informel et le tourisme. Un rapport d’Oxfam datant du début de la pandémie avait déjà prédit que les conséquences économiques de la pandémie pourraient retarder de 30 ans la lutte contre la pauvreté dans certaines régions d’Afrique.

Les fermetures d'écoles ont engendré le décrochage scolaire mais aussi des grossesses précoces chez les jeunes filles
Les fermetures d’écoles ont engendré le décrochage scolaire mais aussi des grossesses précoces chez les jeunes filles


De plus, les longues fermetures d’écoles ont engendré non seulement le décrochage scolaire, des grossesses précoces chez les jeunes filles mais aussi des inégalités. 
Andile Dube est experte en éducation à l’Unicef en Afrique du Sud selon elle  » la Covid-19 a amplifié les inégalités déjà existantes, les plus pauvres n’ont aucun accès ou un accès limité à l’apprentissage virtuel, à l’apprentissage continu tandis que les enfants les plus riches ont pour la plupart cet accès. « 
Autre conséquence de la pandémie : la lutte contre d’autres maladies telles que le paludisme et le sida sont au point mort. 
Le confinement a par ailleurs entrainé une augmentation de la violence à l’égard des femmes et des filles, en particulier en Afrique subsaharienne. Enfin, il y a les difficultés d’accès aux vaccins anti-Covid et des campagnes de vaccination qui commencent lentement.

De la croissance tout de même

A noter tout de même des points positifs dans cette crise : le commerce en ligne et les start-ups sont en plein essor.

La Covid-19 a poussé les start-ups africaines à innover
La Covid-19 a poussé les start-ups africaines à innover

«  Malgré ce qui se passe, le nombre de transactions en Afrique continue d’augmenter. Les start-ups africaines sont donc toujours très attractives pour le capital-risque international et l’Afrique est toujours en croissance  » explique Nicholas Kendall de GreenTec Capital, une société d’investissement spécialisée dans les start-ups africaines. 
Selon Nicholas Kendall, les défis auxquels les Africains sont confrontés en termes d’accès à l’énergie, au logement, à la nourriture… obligent en effet à être innovant.

Source: dw.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.