Crise à UFDG : quelle suite pour le courrier…tardif de Bah Oury ?

On ne sait vraiment pas comment l’UFDG analysera le courrier de Bah Oury adressé à Dalein Diallo. Surtout au moment même où celui-ci déclarait la semaine dernière ceci : « Bah Oury est parti comme Saliou Bela, tournons sa page, c’est du passé, oublions- le ». A peine le courrier rédigé, l’auteur revient à la charge, à travers les médias pour distraire : ce n’est pas pour demander pardon au parti ou à Dalein.

Mais, justifie-t-il sur une radio de la place que la démarche est plutôt sollicitée par ses avocats. Et mieux, « J’ai pris cette décision pour respecter le règlement intérieur et les statuts de l’UFGD. Je suis les exigences juridiques pour que la vérité jaillisse. S’ils m’avaient écouté et m’accepté à la réunion, il n’y aurait pas eu de victimes et des personnes en prison. » Et de menacer : « S’ils ne me donnent pas une réponse satisfaisante dans dix jours, je porterai plainte pour mon exclusion du parti. »

Pour le parti, il y a de quoi en rire. La sérénité est de mise, on attend la suite. Mais déjà, des voix s’élèvent pour exiger aux instances du parti de laisser la chose pourrir, de jouer aux jusqu’aux-boutistes, à l’épuisement. Mais d’autres ne sont pas d’avis. Ils pensent qu’il est loisible de répondre au vice-président frondeur pour le mettre à sa place une fois pour toutes. Seule évidence, le sujet doit pouvoir figurer en réunion au QG ou éventuellement au siège du parti, si assemblée générale il y a.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.