Crise au sein des opposants : les griefs d’un politicien exilé !

On ne sait pas quelle dente pourrie garde Bah Oury à l’encontre de ses pairs de l’opposition, notamment Dalein, Sydia et Kouyaté. Ce politicien exilé estime en effet que ces opposants ne font pas trop pour que l’alternance intervienne en Guinée.

« Moi, je ne veux pas rejeter la faute sur d’autres. Je veux voir d’abord si quelque chose n’a pas fonctionné comme je le souhaite, j’essaie de comprendre est-ce que les facteurs internes qui ont permis à ce que cela soit doivent être privilégiés au détriment des facteurs externes », se lâche-t-il dans une interview qu’il a accordée à Nouvelle de Guinée. Avant de se demander : «  Les facteurs internes, c’est quoi ? Est-ce que les leaders de l’opposition ont fait le travail qu’il fallait faire pour sensibiliser l’opinion internationale sur la gouvernance globale de M. Alpha Condé, sur les violences des droits de l’homme, sur une certaine mauvaise gouvernance économique.
Est-ce qu’ils ont pris le soin de faire en sorte que la volonté de changement du peuple de Guinée soit perçue de la manière la plus objective pour tous les acteurs internationaux ? »

Pour Bah Oury, « La plupart du temps chacun cherche à défendre son ego au détriment de l’autre qui est aussi dans l’opposition. Et cela à discréditer dans une large mesure l’opposition. M. Sidya Touré et El hadj CellouDalein Diallo, au lieu de converger dans la même attitude, au lieu de se donner la main avec les autres par rapport à la mise en lumière des méfaits de la politique économique, de la politique sociale, de la politique des droits de l’homme de M. Alpha Condé, ont passé le temps à se dire : « Pourquoi pas moi ? Pourquoi l’autre ? » Ça a donné le champ libre à M. Alpha Condé de se présenter comme le garant de la stabilité de la Guinée. »

Ces intéressés apprécieront…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.