Crise au SLECG : la sortie de crise passe aussi par le Congrès !

La crise au niveau du SLECG perdure. Elle risque d’emporter avec elle nombreux espoirs, voire l’équilibre social. Pour l’aplanir, des sources concordantes et digne de foi évoquent la tenue du Congrès pour redonner du sang neuf à cette autre structure syndicale de l’Education. Ce congrès permettra notamment de secouer le cocotier pour débarrasser de ses vieilles branches.

Cette solution est d’autant plus primordiale que le camarade Soumah qualifie les secrétaires généraux des deux syndicats, de vieux et dépassés. Donc, ne pensant qu’à eux-mêmes. Il reste que, fulmine le camarade Soumah: «L’Etat nous a volés 40%,il faudrait qu’on nous le restitue et de façon intégrale. C’est ce que nous avons demandé. (…)Ça ne fait même pas deux semaines encore, que nous avons envoyé une autre correspondance à l’adresse du gouvernement, signée par SySavanéet moi. Alors, comment se fait-il maintenant qu’ils prennent un groupuscule déjà complètement en déphasage puisque le secrétaire général SySavané son mandat est terminé. Le mandat du bureau exécutif est terminé depuis le 5 décembre. »

Comme si cela ne suffisait pas pour disqualifier les syndicalistes complices du gouvernement, le camarade Soumah dégaine :« Tous ceux qui pivotent autour de SySavané comme ça sont déjà en déphasage, c’est des gens qui sont déjà à la retraite. Ils n’ont aucun profit à gagner dans nos revendications que nous sommes en train de mener». Pour donc sortir de la crise et parler d’une même voix, les structures syndicales auxquelles est affiliés ‘’le rebelle’’ doivent tenir le congrès pour renouveler les instances dirigeantes.

A moins que le pouvoir n’en tire profit.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.