Crise dans l’éducation : L’USTG hausse le ton et menace…

Gèle des salaires, menace de radiation  des enseignants grévistes, suite à la grève du SLECG depuis trois mois maintenant, l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), la centrale syndicale à laquelle est affilié le SLECG d’Aboubacar Soumah et le secteur bancaire, hausse le ton et menace d’entreprendre des actions.

Au cours d’un point de presse tenu ce vendredi, l’USTG lance un ultimatum au gouvernement de tout mettre en œuvre pour l’ouverture des négociations avec les enseignants grévistes.

« Nous disons ici à la face du monde et prenant en compte l’appel que nous avons lancé aux institutions nationales et internationales, l’appel que nous avons lancé à la population guinéenne, les responsables à tous les niveaux de faire en sorte que nous soyons à la table de négociation. Nous avons fixé un délai pour réagir fortement et ce délai peut être raccourci’’ a lancé le tout nouveau Secrétaire général de l’USTG.

Mais ce n’est pas tout ! la radiation annoncé du Premier ministre à l’endroit des enseignants grévistes irrite le mouvement syndical guinéen.

Devant cette menace,  Abdoulaye Sow prévient que sa structure syndicale est prête à réagir avec la dernière énergie:

« Dès l’instant que les actes contraires à nos lois, des actes de radiations seront posés. Tous les mouvements syndicaux, toutes les fédérations vont se lever, ça peut être dans 24 heures, 48 heures ou 72 heures. Nous sommes prêts à réagir à tout acte contraire au dialogue et à la liberté syndicale. Nous voulons que le dialogue résolve ce problème et les cours reprennent dans les écoles », a-t-il souhaité.

Malgré le gèle des salaires,  la menace de radiation des enseignants grévistes et les multiples pressions et tentatives de corruption, les enseignants grévistes ne reculent pas. Ils restent droits dans leurs bottes et la grève se poursuit.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

  

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.