Crise post-électorale: Dalein joue sa survie politique

C’est ce des discours de fermeté qu’il tient sans discontinuer : on ne laissera pas notre victoire nous échapper. Dalein Diallo joue son va-tout. Mais aussi sa survie politique. Son avenir dépend en grande partie de ces locales et communales, pour espérer maitriser la machine de la fraude au niveau de l’administration locale et autres collectivités, à la prochaine présidentielle. Il sait plus que quiconque que ce son dernier tour de piste.

Candidat malheureux en 2010, candidat malheureux en 2015, mais première force politique d’opposition au Parlement, Dalein Diallo ne saurait rééditer la consternation dans ses rangs. C’est une question de survie politique. Au moment même certains durs comme Bah Oury réclament une nouvelle tête pour l’UFDG, Dalein doit prouver qu’il est toujours l’homme de la situation. Au-delà de la marée humaine qu’il déverse sur l’asphalte ici et là à travers le pays. Dalein sait qu’il doit arracher sa victoire partout où elle est acquise par les urnes.

Déjà il met en garde : « L’UFDG et ses alliés, respectueux des valeurs et des institutions républicaines, mettent en garde le pouvoir contre le recours à la fraude qu’il utilise pour éviter l’humiliation après sept ans d’errements et de gouvernance calamiteuse. Faut-il rappeler que la fraude est une violation des consciences, des libertés, des droits des citoyens. Elle donne donc toute licence à la résistance. L’UFDG et ses alliés refuseront toute forme de tripatouillage des résultats et de confiscation des voix des citoyens qui viennent, incontestablement, de sanctionner un homme aux promesses creuses et au bilan insignifiant. » Dalein est allé jusqu’à demander à ses militants et autres personnes épris de démocratie de « se lever, user de tous les moyens légaux pour défendre courageusement notre victoire légitime. L’UFDG, en tous les cas, ne fléchira pas, ne faillira pas, ne faiblira pas quant à sa responsabilité de rester aux côtés du peuple de Guinée pour défendre ses droits et ses libertés. Cette fois, il est hors de question d’accepter qu’on nous vole notre victoire. Que cela soit dit et entendu. »

Simple menace ou engagement à en découdre ? Dalein a le choix : laisser échapper sa victoire et perdre une partie de sa notoriété et du coup devient la risée de Bah Oury et ses autres adversaires ou arracher sa victoire et se repositionner pour 2020. Tout est question de survie politique. Allons donc.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.