CRISE AU RPG : L’establishment essaie un nouveau remède

Au RPG-arc-en-ciel, les premiers responsables, après avoir longtemps ignoré voire nier la crise, l’admettent désormais ouvertement. Le premier à l’avoir fait, c’est le président de la République en personne, en se rendant la dernière fois au siège du parti et en promettant notamment le congrès tant réclamé par les frondeurs. Mais pour les jeunes désabusés, les promesses du leader historique n’ont pas suffi à rassurer. Entre les frondeurs et l’élite dirigeant du parti, le fossé est si grand que seules des actions immédiates et concrètes sauront venir à bout du mécontentement et de la contestation en marche.  Aussi, selon une annonce faite hier par le secrétaire général, Saloum Cissé, le Bureau politique national (BPN), l’instance exécutive ultime, vient de concocter un dernier remède.

Cette dernière potion s’avérant nécessaire par la mobilisation qui ne décolle toujours autour des Assemblées générales. Les modalités de protestation violentes étant momentanément mises en sourdine en faveur d’un travail de sape plus profond, un des indicateurs de mesure de la crise, c’est la participation à ces réunions hebdomadaires au siège du parti. Or, hier encore, il n’y avait pas grand-monde. Ce dont s’est d’ailleurs ouvertement désolé Saloum Cissé.

Mettant cette situation à profit, il a justement annoncé qu’à partir de ce 24 mars, le BPN, suivant un programme spécialement élaboré à cet effet, devrait rencontrer toutes les sections de Conakry. Une démarche dont l’objectif est de répondre à une revendication des jeunes mécontents selon laquelle ils ne sont pas suffisamment écoutés. Mais une stratégie dont l’efficacité est déjà vouée à l’échec, à en croire un des frondeurs qui s’est confié à notre rédaction. Car, dit-il, via le mémo qui a été remis à l’intention du président de la République, les revendications les plus importantes ont été notifiées. Aussi, conclut-il « la stratégie la plus viable serait de s’atteler aux réformes indispensables que nous exigeons ».

Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.