Crise sociale : « On veut faire payer le citoyen la facture de mal gouvernance », dénonce un opposant

Alors que la grève entre dans sa 2è journée ce mardi, l’opposition guinéenne exprime sa solidarité au mouvement syndical, qui exige du gouvernement la réduction du prix du carburant à la pompe.

Au cours d’une plénière tenue lundi à Conakry, l’opposition guinéenne dénonce la mal gouvernance du régime actuel.

Tout en déplorant le non respect des engagements du gouvernement, l’opposition estime que le cours du pétrole ayant chuté près de 70%, ce n’est pas donc pas normal que le prix du carburant soit maintenu en l’état.

« L’inflation est en train de repartir à grand pas, le pouvoir d’achat des guinéens est en train de s’effondrer, le coût de la vie est en train d’augmenter, le guinéen devient de plus en plus misérable », dénonce Aboubacar Sylla, entourés de ses pairs de l’opposition.

Pour le porte-parole de l’opposition : « c’est parce que les caisses de l’Etat ont été vidées pendant la campagne pour réussir le fameux coup K-o. et on veut faire payer le citoyen lambda la facture de mal gouvernance » Mais, ajoute le leader de l’UFC, « Nous sommes contre cette pratique ».

Depuis lundi, la capitale Conakry et plusieurs villes de l’intérieur restent paralysées par une grève générale et illimitée déclenchée par deux centrales syndicales qui sont la CNTG et l’USTG.

Outre les autres points de revendication, les syndicalistes exigent la baisse du prix du carburant à la pompe. Mais pour l’instant, le gouvernement ne semble pas faire de concessions devant la plateforme revendicative et laisse la chose pourrir pendant que les banques privées ont été forcées rouvrir. Ce, sur instruction du Gouverneur de la banque Centrale qui a sillonné certaines banques privées de la place.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.