Croix rouge en Guinée : un cauchemar pour les écoliers ?

La croix rouge est devenue un véritable cauchemar pour les écoliers et autres parents d’élèves, voire certaines localités et quartiers de Conakry. C’est pourquoi, l’équipe qui la compose est souvent prise pour cible par une population en furie. Récemment, avec une ‘’folle rumeur’’ distillée dans certaines écoles faisant état de la pulvérisation ‘’pour tuer les enfants’’ a crée une vive panique.

Panique allant jusqu’à provoquer la désertion des établissements par les élèves et encadreurs. Une occasion saisie par le pouvoir pour dénoncer une main invisible de l’opposition. Du côté de la Police et de la Gendarmerie, on monte sur ses grands chevaux. On brandit une menace visant à poursuivre tous incitateurs. Apparemment, le calme revient dans les écoles, même si certains parents restent réticents désormais quant à l’envoi de leurs enfants à l’école. De l’autre côté, la Croix rouge multiplie les sorties pour clamer son innocence dans la sainte pagaille enregistrée. La Croix rouge n’a jamais donné autorisation à ses agents de procéder à des pulvérisations dans les établissements scolaires, a indiqué d’emblée son président Youssouf Traoré, rappelant au passage que « la pulvérisation n’intervient pas sans la concertation de la Coordination nationale de lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola. On raconte que la Croix rouge a planifié de tuer quarante enfants par école, c’est archi-faux », soutient la Croix rouge, au cours d’une conférence de presse.

Selon lui, les lieux publics ne sont pas des domaines d’intervention de la Croix rouge. Et de trancher : « Nous n’intervenons lorsqu’il y a un cas de mort. Et c’est avec l’accord de la famille qu’on procède à la pulvérisation de la maison et des effets du mort. » De toute évidence, les 2 400 de la Croix rouge sont exposés à la vindicte.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.