Dalein Diallo, l’éternel râleur insatisfait ?

Pour certains, il est dans son rôle d’opposant, le principal pour Alpha Condé et presque toute la classe politique guinéenne. Pour d’autres, Dalein Diallo n’est qu’un râleur insatisfait ne sachant point cerner son adversaire politique, manifestement plus futé plus coriace, plus rusé que lui. Environ 40 ans de lutte en qualité d’opposant historique l’a fait blanchir sous le harnais. Aujourd’hui plus qu’hier, le chef de file de l’opposition dénonce les manœuvres d’Alpha Condé.

«Alpha Condé commence les glissements en prorogeant le mandat de l’Assemblée nationale. Il a créé les conditions du glissement, il a refusé de mettre en place la CENI au moment indiqué par l’accord d’octobre 2016. La CENI devait être mise en place lors de la session des lois de 2017. Il a refusé », a affirmé le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) devant ses militants, le samedi dernier, à la faveur de l’assemblée générale ordinaire de son parti.

Une occasion pour lui de rappeler, comme pour prendre à témoin: «L’accord est clair. L’appel d’offres pour le recrutement d’un opérateur pour l’assainissement du fichier électoral devait être fait au mois de novembre 2016. Le rapport de l’assainissement dudit fichier devait être prêt le 31 mai 2017. Mais comme ils ont un agenda que le peuple de Guinée ne connait pas, ils ont refusé. On a trainé pendant un an sur les élections locales pour perdre du temps et justifier le glissement électoral, pensant que s’il ne réussit pas à s’octroyer le troisième mandat, il pourra s’octroyer une prorogation du second en violation flagrante des dispositions de la Constitution. »

En désespoir de cause, il a battu le pavé avec ses militants, certains y ont laissé leur vie. Le régime s’est plutôt durci en interdisant des manifs politiques. Dalein ne veut quand même plus se laisser faire. Il a remobilisé ses militants dans la perspective 2019-2020. Les deux années charnières pour lui et pour son parti. Une réelle incertitude plane sur la Guinée où d’ailleurs la paix et la quiétude sociales sont sérieusement menacées.

Jeanne Fofana,www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.