Dalein et Bafoe : le jeu dangereux !

Comment éviter une nouvelle tentative d’assassinat contre la personne de Dalein Diallo ? Cette vive préoccupation est largement partagée au sein de l’UFDG et bien des autres partis alliés, conscients que nul n’est épargné dans cette débandade de fin de règne chaotique.

Dalein Diallo et Bafoe Camara se livrent aujourd’hui à un jeu dangereux. Si l’un fait tout pour prouver à l’opinion nationale et internationale les persécutions dont il fait l’objet, en se faisant encercler, confiner, à son domicile, l’autre, la tête baissée, veut bêtement exécuter un ordre venu d’en-haut, au nom d’une prétendue restauration de l’autorité de l’Etat. Les deux jouent donc un jeu dangereux. D’abord avec des accusations, blâmes ensuite avec des menaces. Le tout sur fond de sécurité forcée bien calculée.

Ansoumane Baffoé est allé jusqu’à rappeler : « Quand il était ministre et Premier ministre, toute sa garde rapprochée venait de mon Unité. On l’a protégé quand il était au pouvoir contre vents et marées. Je suis un républicain, je défends le pouvoir en place, si on me donne les instructions, je suis obligé de les exécuter. » Ce que ce policier à la mémoire courte oublie, c’est que pendant qu’il ‘’dégaine’’ aux alentours du domicile de Dalein, avec tout son arsenal digne d’un pays en pleine guerre, de l’autre côté de l’Axe, tout lui échappe. Il crée donc l’évènement et veut pousser Dalein à récuser le bataillon et donc s’exposer davantage pour dire enfin : « Il a refusé notre protection, il s’est fait tabasser ou ôter la vie. » Ce qui pourrait, à priori, absoudre le régime en général et Bafoe en particulier. C’est dire que Dalein doit choisir une autre stratégie que celle de ‘’chasser’’ cette bande à la fois malveillante et haineuse. D’ailleurs, ce même Bafoe dit en avoir marre. Sans trop expliciter de quoi.

 

Jeanne Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.