Dalein, la hantise de la rue !

On a l’impression qu’à chaque fois que Dalein Diallo traîne du monde dans la rue, même avec morts d’hommes par balles réelles, le régime de Conakry se radicalise. Au même moment, le chef de file de l’opposition reste hanté par les marches politiques, seuls moyens de pressions pour exiger des autorités un peu de respect des principes démocratiques.

Dalein Diallo n’en démord point. Il a été radicalisé par le pouvoir et porté en triomphe par ses nombreux militants infatigables et convaincus que seul leur leader vaille pour réinventer une nouvelle Guinée éprise de paix et portée sur le développement. Aujourd’hui, l’UFDG paie le plus lourd tribut avec les manifs de rue : des militants tués, des militants incarcérés, des victimes collatérales difficilement dénombrables. De son côté, Ibrahima Sory Camara (Dabondy) vient de sortir de prison, après 8 mois.

Pour Dalein, « La détention d’Ibrahima Sory entre dans le cadre de la volonté de M. Alpha Condé d’intimider les militants de l’opposition en utilisant, bien entendu, la justice. Parce qu’aujourd’hui, vous n’êtes pas sans savoir que la justice est à son service. Le harcèlement judiciaire touche beaucoup de militants de l’opposition, beaucoup ont été arrêtés arbitrairement, certains dans leurs domiciles ; ils ont été déférés sans aucun motif valable. C’est la campagne d’intimidation qu’Alpha a déclenchée, pour justement s’offrir ce troisième mandat. Vous le savez, il a déjà éliminé Kéléfa Sall du circuit de la Cour constitutionnelle, parce que c’est quelqu’un qui avait montré son opposition au tripatouillage de notre constitution. Aujourd’hui, le seul obstacle, c’est la rue ; et il veut tuer la rue en militarisant Ratoma et en procédant à des arrestations et à des condamnations sans aucun motif valable. » La rue, malgré son coût humain et matériel, reste la réelle hantise de Dalein.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.