Damaro malmené à Kérouané : le député a maintenant de quoi s’occuper…

Il a failli y laisser ses plumes, parce que, en lieu et place d’Alpha Condé, une présence exigée par les manifestants, c’est Damaro qui pointe du nez. Il pensait qu’il était au parlement où c’est la langue de bois quand il est question de défendre des fausses actions du pouvoir. En même temps jeter la tomate pourrie aux opposants, notamment l’UFDG. Damaro en a eu pour ses galons.

Chassé, poursuivi, hué par les siens, le député de la majorité s’en est sortie à la trappe. « N’eût été notre courage et notre bravoure, Damaro serait abattu aujourd’hui. On l’a escorté chez lui saint et sauf », rapporte un manifestant. Damaro a avalé une bonne distance à pied. Il a de quoi s’occuper maintenant. Il s’agira de défendre les légitimes revendications de la population de Kérouané auprès des décideurs, encore plus qu’il s’agit ici de promesses non tenues. Damaro, les jambes au cou doit transmettre à Alpha Condé, fidèlement, sa mésaventure.

 Au lieu de s’attaquer à ses pairs de l’opposition, par aigreur et par mépris. Kérouané est une bourgade oubliée de la Haute-Guinée. Là-bas, la vie s’y est arrêtée. Damaro doit savoir que les manifestants ont besoin du concret. Pas discours, pas d’engagement. C’est pourquoi d’ailleurs ils ont exigé la présence de celui-là même qui leur a promis mont et merveilles : Alpha Condé. Même le gouverneur Garé a préféré garer dans les périphéries sans pointer du nez. Damaro a de quoi s’occuper. Il dénonce déjà une horde de jeunes sous l’emprise de stupéfiants. Ça ne devrait pas en être autrement…

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.