De la Société civile à la politique : ‘’L’ARENA reprendra ses activités’’, promet Goureissy Condé

Invité dans l’émission ‘’les Grandes Gueules’ chez nos confrères d’Espace fm, Sékou Goureissy Condé promet de relancer sa formation politique, l’ARENA, dans la perspective des prochaines consultations électorales.

Sur les raisons de son retour en politique, le président de la Convention des acteurs non Etatiques de Guinée (CANEG) et de l’ONG African Crisis Group parle d’une demande politique qui doit avoir une réponse politique.

« L’évolution de la situation politique aujourd’hui, les huit années que j’ai passées dans la société civile, m’ont amenées à comprendre que la demande est politique et la réponse doit être politique. Je vais relancer l’ARENA. Il y aura pour, la première foi, un parti qui va parler de réconciliation, de paix et de modération», a annoncé Sékou Koureissy Condé.

C’est à ce titre, promet le Directeur Exécutif d’African Crisis Group, que « L’ARENA reprendra normalement ses activités et à partir de cet instant, vous avez un leader politique devant vous ».

Interrogé sur l’arrestation de l’opposant Alpha Condé en 1998, une période pendant laquelle il était ministre de la Sécurité, Sékou Goureissy Condé répond tout simplement :

« Je n’aborderai plus cette question, peut être qu’un avocat en parlera. Moi, Sékou Koureissy Condé, je n’en parlerai plus et pour plus de raisons. Il y a 20 ans de cela que cette situation s’est déroulée, tous les médias guinéens et de la diaspora m’ont posé cette question pendant 20 ans… ». Avant d’ajouter : « Pendant ce procès, les représentants du gouvernement ont dit que j’étais du côté d’Alpha Condé. J’en ai souffert, j’ai  limogé du gouvernement dès le début de ce procès parce qu’on considérait en tant que malinké, c’est moi qui donnais des informations et des renseignements aux avocats et aux amis du président Alpha Condé. Donc, une affaire qui a été jugée, exécutée et vidée. Personne n’a plus le droit d’en parler. Aussi, il n’a pas eu de mort d’hommes derrière. Vous savez ce qu’il y a eu derrière : un Président de la République. », tranche l’ancien Médiateur de la République.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.