Débouté par le RPG, Malik Sankhon prêche la paix

Les quelque 3000 milices en attente et à la gâchette facile doivent certainement être aussi déboutés que leur géniteur l’a été auprès du parti au pouvoir. Tant au niveau de la Défense nationale qu’au sein du comité centrale.

Quelques jours après ce renvoi-paître, Malick cherche à rebondir, en prêchant la paix, loin du siège du RPG où il avait annoncé la reconstitution des Chevaliers de la République, sa milice personnelle. Il a saisi une rencontre avec des jeunes à Dapompa, le week-end dernier pour parler d’union, de fraternité, de famille indivisible.

Débouté par le RPG, le pyromane se mue en faiseur de paix, parce qu’il en a été contraint par le parti qu’il semble servir avec autant de maladresse que de militantisme outrancier.

Selon Malick Sankhon, « Nous avons le devoir de défendre réellement notre sol, comment nous devons le faire ? C’est en prônant l’unité nationale. Je le dit bien, que je n’ai pas d’ennemi en Guinée. Vous pouvez être des adversaires politiques, mais ce qui est important c’est l’unité nationale pour la construction de la démocratie. » Cette démarche masque pour autant mal, les échos qui nous parviennent du côté de la CNSS où la gestion est loin de refléter l’orthodoxie administrative et financière.

Selon la presse locale, le patron de la Caisse, a recruté 232 personnes, issus de sa famille biologique et politique. La dilapidation présumée des fonds des retraités en est autre paire de manches. La CNSS est devenue une vache laitière pour les copains et coquins de Malick. Avec ou sans Chevaliers de la République. Une gabegie sans nom, dénonce un cadre du CA. En prêchant aujourd’hui la paix, Malick sait à quoi s’attendre…

Jeanne Fofana; Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.