Décès d’un bébé à Coyah : l’enquête s’oriente vers l’homonyme de la victime

L’enquête sur le meurtre présumé, à Coyah, d’un bébé de 18 jours, le 15 septembre dernier, avance. Après avoir interrogé les trois suspects qu’elle a arrêtés, la police a remis en liberté (provisoire) deux d’entre eux. Désormais, toutes les investigations se focalisent sur l’homonyme de la victime, Mahawa Bangoura, qui est allée prendre le bébé des mains de sa maman.

Selon des témoignages recueillis sur place par Renaissance FM, cette femme envoyait souvent une de ses nièces prendre le nourrisson afin que les deux homonymes restent ensemble. Mais le mardi passé, rien ne passe comme d’habitude. Arrivée chez elle, Mahawa aurait laissé la petite seule dans sa chambre pour aller se trouver à manger. C’est au moment de cette absence, selon ses dires, que l’enfant a disparu. Une explication mise à mal par plusieurs témoignages.

Selon les derniers éléments de l’enquête, cette version n’est pas plausible car lorsque la mémé a envoyé la fille à son domicile, elle serait entrée par une porte secondaire à l’insu de ceux qui étaient là, rapporte la radio communautaire. C’est aussi elle qui a lancé l’alerte sur la prétendue disparition de l’enfant, avant de retrouver le corps inanimé de l’enfant flottant dans un sceau rempli d’eau.

C’est pour tous ces éléments troublants que l’enquête est maintenant orientée vers cette femme. Le médecin qui a examiné le cadavre de la petite a indiqué que celui-ci portait des traces de violence sur la joue et sur le cou.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.