Décrispation politique : l’opposition est-elle en manque de vision ?

Alpha Condé veut et entretient la crispation politique, sans trop que en sachions le pourquoi. La Guinée étouffe et éternue. La misère s’installe, le clivage ethnique se cristallise. Le changement tant prôné se traduit par des méthodes de gouvernance anachronique. Malgré cette situation désastreuse, l’opposition républicaine manque toujours de retrouver le bon bout. Ce qui fait dire à certains observateurs que cette opposition-là manque de vision.

Sortie récemment de sa longue torpeur due essentiellement à Ebola, l’opposition tient son meeting. Des heurts éclatent et le pouvoir parle de tirs sur des gendarmes. Des jeunes sont ramassés et jetés en prison, le procès est attendu, après le report du jeudi. Il est question de faire libérer les détenus. Pendant ce temps, la Ceni dont le départ est exigé poursuit ses activités en toute discrétion. Tout le cocktail est réuni pour faire douter Alpha Condé. Mais, des stratégies et une réelle vision ne s’invitent vraiment pas dans la lutte engagée par les opposants. C’est pourquoi, ils n’émeuvent point leur adversaire commun qui les qualifie on se rappelle de rigolos et de nains politiciens. Et pourtant, les militants de l’opposition veulent savoir le chemin à suivre pour une réelle alternance apaisée.

« Beaucoup d’occasions manquées entraînent des interrogations sur la capacité réelle et effective de cette opposition à prendre le taureau par les cornes et à montrer le chemin de l’alternance », commente à un militant de l’UFDG qui ajoute que depuis l’arrivée d’Alpha Condé aux affaires, « les militants ont l’impression que c’est le perpétuel recommencement. L’opposition projette une marche ou un meeting, il y a dans la répression, des morts, des blessés, des dégâts et des arrestations. Les jours et semaines qui suivent, on soigne les blessés, on cherche à sortir les jeunes arrêtés et on projette l’enterrement des martyrs. » Que d’interrogations aujourd’hui. Les marches ont payé. Mais les opposants ont essuyé de nombreuses larmes : plus d’une cinquantaine de militants terminent leur vie sur l’asphalte, dans leur foyer, etc. Finalement, c’est la tenue des législatives avec les résultats du reste satisfaisants qu’on voit.

Va-t-on donc continuer sur cette lancée couteuse ? Manifestement oui. Le 7 janvier, on ouvre le bal. Il n y a pas eu de morts, mais des blessés du côté pouvoir et opposition. La même chienlit doit continuer. Et la Guinée deviendra un pays ingouvernable. Souvent des moments que choisissent Alpha Condé et sa suite pour accuser l’opposition de ne pas vouloir d’élections et donc, de se la couler douce. Aujourd’hui, l’opposition doit définir une vision claire. Moins couteuse en termes de vies humaines et de dégâts matériels.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. […] Décrispation politique : l’opposition est-elle en manque de vision ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.