Défection dans l’opposition: Dalein Diallo embarrassé

Dalein Diallo ne parvient pas à arrêter l’hémorragie inexorable des leaders politiques au sein de l’opposition républicaine. Agacé par la défection, désemparé par les difficultés du moment, impuissant à faire changer la donne du côté du régime sans exposer ses militants dans la rue, soucieux de l’affaire Grenade, etc., le président de l’UFDG est manifestement embarrassée.

« Je ne peux pas forcer les gens à rester dans l’opposition. Si certains décident à aller à la soupe, je ne peux rien faire. Je n’ai pas les moyens qu’a Alpha Condé pour entretenir tout le monde. » Cet aveu d’impuissance est bien celui de Dalein Diallo. Il l’a exprimé récemment au cours d’une émission sur Lynx FM. Cet état d’âme, à l’approche de la présidentielle et des législatives en dit long sur ce qu’on pourrait bien attendre : une grosse adversité, au-delà de ce qu’on voit avec l’installation des exécutifs communaux.

Aujourd’hui, personne n’épargne Dalein : Telliano, Sydia (désormais moins) et les autres. Tous accablent Dalein. Il parait que le chef de fil manque de stratégies, il manque de politique d’anticipation, de management. Mais, de politique de partage de butin lié aux fonds alloués du CFO. De quoi frustrer, créer des frictions entre opposants. Même Aboubacar Sylla, ancien, porte-parole de l’opposition républicaine, connu pour sa pondération est sorti de ses gongs. Extrait : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. Depuis 7 ans, nous faisons des revendications ne sont pas prises en compte par le pouvoir. Nous manifestons avec à la clé des morts, des destructions de biens. Nous avons abouti à un dialogue qui aboutit à un accord qui n’est pas respecté, on recommence les manifestations. » Il est allé jusqu’à qualifier Dalein Diallo d’opposant de pacotille, « de petit leader et de piètre politicien. » Et d’ajouter : « Vous occupez la tête du peloton des hommes politiques les plus versatiles de ce pays. Vos positionnements dans la vie publique ont toujours évolué en fonction de vos intérêts égoïstes. ».

Et d’évoquer le nerf de la guerre : «  Que valent vraiment vos convictions politiques, si convictions il y a ? Rien du tout, rien de grand, rien de signifiant; de l’argent et encore de l’argent, tout simplement de l’argent et elles valent 500 millions de francs guinéens par mois, elles valent 5 milliards par an. En encaissant en toute illégalité, depuis trois ans maintenant, 5 milliards par an de l’argent public sans cause ni raison, vous vous faîtes véritablement comme tout le monde le sait et le dit, l’opposant de l’argent. » Sydia avait dénoncé ce manque de partage. Telliano qui était dans la mangeoire avant qu’elle ne soit refermée rumine. Dalein Diallo ne doit pas être comptable de la mal gouvernance au nom d’un prétendu financement du statut de CFO.

 

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.