Dembo Sylla et l’UFDG : la parole d’honneur à toute épreuve ?

Avec l’arrivée la plus improbable de l’UDG de Mamadou Sylla à la tête de la Mairie de Kindia, certains avaient parié de facto sur le divorce entre Dalein Diallo et toute la famille de l’UDG, surtout avec Dembo Sylla, l’autre tête pensante du parti de Sylla Futurelec.

Présent à la réunion de l’opposition ce mercredi 17 octobre, alors que quelques heures plus tôt Kindia jouait au rythme de son parti en lieu et place de celui de son allié, Dembo Sylla,  deuxième personnalité de l’UDG veut respecter sa parole d’honneur à toute épreuve.« Nous avons présenté des candidats à Kindia pendant les élections communales, ce qui est clair, ce n’est pas un conseiller seulement que nous avons eu. Nous avons eu la preuve que nous avons eu 5 élus qui ont été finalement retirés de notre liste, finalement on s’est contenté du seul Mamadouba Bangoura. L’UFDG de par son président et chef de file de l’opposition a clairement dit, tous les autres responsables politiques qui étaient au tour de la table qu’ils n’ont aucun problème avec l’UDG, ils n’ont aucun problème avec l’élection de Mamadouba Bangoura à Kindia. Ils ont un problème à Kindia et à Dubréka avec le RPG qui n’a pas respecté son engagement dans l’accord du 8 août qui été signé ici », tranche Dembo Sylla.

Ce responsable ne manque jamais d’occasions pour renouveler son alliance avec l’UFDG. En dépit de la position désormais  confuse de son président : Mamadou Sylla.

Dembo Sylla est sans appel sur les ondes d’une radio locale : «L’UDG ne sera jamais avec la mouvance. Nous, nous sommes des gens responsables. On est dans l’opposition républicaine où on a signé une alliance particulière avec l’UFDG devant tout le monde le 9 février, on est des gens sains d’esprit, on a une parole, cela est clair. Que le Premier ministre vienne voir le président Mamadou Sylla ou que ce soit un autre, ce sont des humeurs entre nous. Ce qu’on doit considérer aujourd’hui, même nos parents disent dans nos coutumes, quand il y’a neuf qui témoignent alors qu’il y a l’écrit, c’est l’écrit qui compte. On a signé une alliance avec l’UFDG on est là et c’est tout.» Il coupe ainsi l’herbe aux pieds de Mamadou Sylla, salivant déjà avec une proposition de 20 millions USD de la part du RPG.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.