Démilitarisation de l’Axe : Dalein et Bah Oury, même longueur d’onde

Lors de la dernière sortie de Dalein Diallo, le jeudi dernier, suite au refus du régime d’autoriser la marche politique, il a été déclaré clairement que la démilitarisation de l’Axe doit être entamée sans délai. Le chef de file de l’opposition est sans équivoque. Cette position tranchée du président de l’UFDG a le même tempo que celui d’un certain Bah Oury, l’exclu du parti. Rarement en effet les deux hommes raisonnent de la même façon sur le même sujet. Relations conflictuelles – voulue et entretenues – obligent !

 Ainsi, à propos de l’Axe, voici ce que Bah Oury a déclaré : « Il ne faut pas utiliser la grosse artillerie pour écraser une mouche. Cela veut dire que dans le cas d’espèce, la présence de l’armée ne se justifie nullement. Je pense que la police et la gendarmerie sont les deux institutions suffisamment professionnelles pour assurer avec efficacité le maintien d’ordre dans la capitale et à l’intérieur du pays. Ceci dit, le vrai problème n’est pas au niveau de la police et de la gendarmerie, c’est au niveau de la non application de la loi par les différents protagonistes. »

Bah Oury rappelle : « Lorsqu’il y a une manifestation qui est organisée, la loi demande 5 noms des organiseurs. Ceux-là sont tenus responsables de tout ce qui peut advenir du fait du comportement des manifestants. Et dans ce cadre, une bonne manifestation suppose au préalable un service d’ordre interne pour canaliser tous les manifestants afin qu’ils respectent scrupuleusement la nature de cette manifestation. Mais, la loi n’a jamais été appliquée par laxisme et par copinage. L’Etat, à travers les structures judiciaires, n’a jamais interpellé les organisateurs de ces manifestations. » Et c’est que dénonce justement Dalein Diallo. Le chef de file de l’opposition et son ennemi irréductible sur la même longueur d’onde ? Plutôt inédit !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.