Dérives communautaires : Ce que propose le Bloc Libéral

Faut-il dissoudre les coordinations régionales, à l’origine, d’après plus observateurs, de la division ethnique et des discours haineux, devenus de plus en plus persistant en Guinée ?

Cette question interpelle à la fois l’Etat, la classe politique mais aussi la Société civile et les confessions religieuses.

D’après un constat général, ces coordinations régionales sont devenues des instruments au service des politiques. Au lieu de jouer le rôle d’apaisement et d’œuvrer en faveur de la paix et de l’unité nationale, ces coordinations des quatre régions naturelles du pays, contribuent à accentuer le fossé entre les différentes communautés et créer une méfiance, surtout lorsqu’il s’agit de parler des élections. Manipulées et entretenues par des hommes politiques et le gouvernement, l’existence de ces coordinations suscite un débat en Guinée. Les récentes sorties médiatique d’El Hadj Saikou Yaya Barry de la Coordination Haali Poular et El hadj Sékouna Soumah, le Kountigui de la Basse Guinée, illustrent éloquemment l’idée selon laquelle, les coordinations régionales passent à côté de leur mission d’œuvrer en faveur de l’unité nationale.

Interrogé sur risque des dérapages à travers les discours à caractère communautaire de plus en plus persistants, Dr Faya Millimono trouve que cela crée un précédent dangereux à l’unité nationale.

« Nous vivons dans une République qui permet la liberté d’association. Cependant, nous sommes en train de mal l’utiliser. Les coordinations, ce sont nos sages, que nous respectons tous. Ce sont nos sages de la Haute Guinée, de la Forêt, de la Basse Guinée et du Fouta. Beaucoup de discours que j’ai entendus de nos coordinations ne m’ont pas laissé indifférent. Je trouve que ça blesse l’unité de notre pays.», regrette le leader du Bloc Libéral.

Face à cette situation qui remet en cause l’unité nationale, Dr Faya Millimono apporte quand une proposition :

« Au BL, nous nous sommes assis pour réfléchir sur la dessus. Nous proposons à nos sages, toutes les quatre régions naturelles du pays de penser plutôt à une coordination nationale , où la présidente peut être tournante, où les sages vont apprendre, vont nous démontrer leur fils, qu’ils sont capables de travailler ensemble à un objectif commun, celui de construire la paix dans notre pays, celui de veiller à ce que la justice soit guinéenne », a-t-il proposé.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.