Destitution imminente de Kélèfa :Dalein et Cie sont-ils en retard ?

Des leaders politiques autour de Dalein ont rencontré ces dernières 24 heures d’autres leaders du mouvement social (Société civile, Balai citoyen) à propos d’un possible empêchement du départ de KéléfaSall. Une destitution voulue depuis de longs mois par des conseillers soutenus par l’Exécutif au plus haut niveau. L’opinion voit derrière cet acharnement tissé de soupçons de corruption dont se serait rendu coupable l’actuel patron de la Cour, une sorte de délivrance afin de se faire un boulevard pour un 3è mandat.

Alors question : Dalein et Cie ne sont-ils pas en retard par rapport aux urgences de destitution ? « Il faut qu’on travaille pour qu’on ait une cours constitutionnelle crédible. Et c’est urgent parce qu’il est prévu jeudi de mettre en place un président de la cour. Est-ce que nous allons attendre les bras croisés pour que cela se fasse ou est ce qu’il y a des dispositions qu’on peut prendre pour prévenir ce coup de force», a notamment imploré Dalein Diallo avant d’ajouter : «Il faut qu’on réfléchisse pour trouver une plate-forme pour avoir une lecture de la réalité, pour savoir comment les choses évoluent, pour qu’on s’informe sur les aspects de la gouvernance politique, économique et la manière dont les affaires publiques sont gérées dans le pays. »

Jusqu’à hier, aucune stratégie n’avait été trouvée. Il se trouve que ce 27 septembre, les frondeurs ont programmé d’installer le nouveau remplaçant de Kéléfa. Sauf que, ce mardi, un gros rebondissement est intervenu : le cas DayeKaba qui chamboule tout le système et casse l’élan nuisible des frondeurs. Un sursis pour les Forces vives, en attendant les autres manifs programmées ces prochains jours.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.