Dialogue politique inter guinéens : Me Cheick Sako à l’épreuve

Le ministre d’Etat, ministre de la Justice Garde et Sceaux, Me Cheick Sako, qui préside le cadre du dialogue politique inter guinéens, va-t-il réussir son pari ?

Cette question préoccupe plus d’un guinéen aujourd’hui. En ce sens que les accords obtenus lors des derniers dialogues politiques inter guinéens, notamment ceux de 3 juillet 2013 et de juillet 2014 n’ont jamais été appliqués.

Malgré son talent de négociateur patient et posé, le président du cadre du dialogue a du pain sur la planche. Avocat de carrière ayant passé de nombreuses années à l’Hexagone, Me Cheick Sako, a une équation difficile à résoudre. Rapprocher les deux camps (pouvoir et opposition) dont la crise de confiance remonte depuis belle lurette, en vue de favoriser la tenue des élections présidentielles et locales apaisées, transparentes et dont les résultats seront acceptés par tous. Une tâche qui ne sera pas du tout facile quant on sait la radicalisation des positions des uns et des autres.

Après près d’une semaine de discussions au Palais du peuple, les acteurs politiques guinéens peinent à s’entendre sur le calendrier électoral pour la tenue des élections communales avant la présidentielle, qui était l’une des revendications de l’opposition.

La date du 30 Août proposée par l’opposition pour la tenue des élections communales a été rejetée à la fois par la mouvance présidentielle et la CENI, qui estiment qu’il est techniquement impossible de tenir ce scrutin à cette date.

Aucune des deux parties ne veut faire de concession, ce qui constitue un blocage à moins de quatre mois du scrutin présidentiel prévue le 11 octobre prochain.

La communauté internationale qui prend part à ce dialogue en qualité d’observateur, devrait jouer pleinement sa partition afin de ramener les deux camps à des bons sentiments et permettre de désamorcer la crise politique qui perdure.

Faute de consensus sur la date du scrutin communal, les acteurs politiques vont de nouveau se retrouver jeudi au Palais du peuple pour poursuivre les discussions.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.