Dialogue: pourquoi l’opposition devait accepter ce jeu de dupes ?

On va dialoguer mille fois. Mille fois, le pouvoir va tourner en bourrique les opposants. Juste le temps de voler du temps et s’acheminer tranquillement vers les échéances électorales dont les résultats sont presque connus d’avance, par le truchement de la Ceni et du Ministère du Plan avec le fameux recensement de la population. Le dialogue a perdu toute sa vertu. Tout son substrat.

L’opposition républicaine ne semble point comprendre que le pouvoir se joue d’elle. De son côté, elle évoque ici et là l’implication de la communauté internationale. Celle-ci ne bouge point. Elle est, pour tout dire, bien partiale. Si ce n’était que cela, on aura pu sauver les meubles. Seulement, comme le rappelle, agacé, le doyen Salif Sylla, avec des confrères, « Ceux qui sont médiateurs ont été nommés par décret. Le ministre de la justice, qui est le président de ce cadre de dialogue est nommé par décret de la présidence de la République. Vous allez discuter avec un gouvernement étant donné que c’est ce même gouvernement qui est médiateur dialogue. »

Il n y a donc aucun motif qui devrait pouvoir justifier le retour des opposants à la table de dialogue. C’est comme si Dalein et son bataclan sont myopes : aller bavarder toutes les heures et se faire voir par la télévision nationale comme pour confirmer qu’Alpha Condé veut vraiment décrisper le climat politique.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.