Duel à la FEGUIFOOT : peut-on croire à la bonne foi de KPC ?

KPC n’est plus président de la Ligue de football professionnel. Il a rendu démission depuis des jours. Couvert d’engagements et d’arriérées, Kerfalla Camara jure la main sur le palpitant qu’il ne saurait démissionner parce qu’il doit des salaires.

Après tout, « Ce n’est pas la personne de Kerfalla Camara qui doit quoi que ce soit dans le cadre de la gestion de la ligue, c’est plutôt l’institution qui doit. Ce que je sais, j’ai pris un engagement en tant que personne morale et personne physique de solder leurs primes. C’est à-dire, si entre temps l’Etat arrivait à payer la subvention de la ligue de la saison écoulée sans oublier que c’est deux saisons que l’Etat guinéen doit à la ligue en terme de subvention, si entre temps l’Etat paye, les arbitres seront payés. Dans le cas contraire, c’est moi qui vais mettre la main à la poche à travers la fondation pour avancer la ligue. Ce n’est même pas un don dans ce cadre-là. » KPC fulmine et exprime vraiment sa colère à celui qu’il avait soutenu (Antonio Souaré) : « Comment on peut comprendre que ce soit nous qui payons les primes des arbitres, comment on peut comprendre que c’est pour nous que les arbitres viennent officier les matchs, et que ces arbitres soient à 100% gérés par la Fédération guinéenne de football sans qu’on ait notre mot à dire dans la gestion quotidienne au sein de cette même corporation ? » On pourra certainement trouver les réponses à ces questions au niveau du président de la FEGUIFOOT.
Mais, à en croire KPC, la cause de sa démission est liée aux licences : « J’ai tout simplement demandé que l’octroi des licences soit confié à la ligue, parce que c’est nous qui gérons les clubs de la ligue 1 et de la ligue 2, nous avons la responsabilité de ces jeunes confiés par la fédération guinéenne de football. Alors comment voulez-vous que nous on organise les compétitions, on gère des jeunes dont a pas les cartes d’identité. C’est comme si on dit tel est ton fils, mais sur son extrait de naissance ce n’est pas toi le mandant, c’est incompréhensible. Et demander simplement que deux viennent à la commission fédérale des arbitres, ce n’est pas de la mer à boire. Vous remarquerez au niveau des équipes au début de la saison, chaque équipe a droit à 35 licences, aucune équipe ne doit aller au-delà des 35 licences, et aucune équipe n’a le droit de recruter un joueur en dehors des périodes de trêve », lit-on dans une interview accordée à africa Guinée.

Peut-on donc vraiment croire à KPC, lui qui semble devoir aux arbitres ? Comment soldera-t-il les autres dettes contractées auprès des différents clubs ? Pour KPC, La ligue ne paye pas, mais la ligue n’a pas soldé la subvention des clubs. Antonio Souaré semble être un mauvais mangeur. En cause : « La fédération, pendant qu’on est en plein championnat, organise une formation destinée aux arbitres, et on nous oblige d’arrêter. Donc ce sont ces disfonctionnements que je ne veux pas avoir au sien de la ligue, dans la gestion de la chose publique pour pouvoir apporter quelque chose à la jeunesse », se lâche l’ex patron de la Ligue de football professionnel. Et de conclure : « Donc à partir du moment où j’ai démissionné de la ligue, je ne suis plus à la fédération guinéenne de football. Maintenant je n’ai jamais été à la fédération parce que je n’ai jamais été associé à tout ce qui se passe là-bas. » A chacun d’en juger…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.