Dysfonctionnement de l’appareil judiciaire : Un spécialiste explore des pistes de solution

C’est amertume, tristesse et inquiétude que mon cher confrère et mon cher Garde des Sceaux ministre de la Justice n’a rien compris dans le dysfonctionnement de la Justice Guinéenne !

En effet, plutôt que de s’attaquer aux problèmes réels et sérieux qui assaillent la Justice Guinéenne et qui sont hélas à l’origine du dysfonctionnement endémique voire notoire de la Justice, notamment Pénale !

Il s’attaque malheureusement à ce qu’ont appellent des épis phénomène de la Justice, notamment le mouvement des greffiers.

Certes que le service des greffes (greffiers) a son pesant d’ores dans la bonne Administration de la Justice.

Cependant, il serait d’une nécessité absolue voire judicieuse d’actionner les Services d’Inspections générales des Services Judiciaires et Pénitentiaire, d’une part !

Et aussi les Cabinets des Procureurs Généraux et Procureurs de la République, d’autre part.

Afin qu’ils puissent accomplir leurs missions en exerçant leurs autorités ce, de façon constante et permanente sur les officiers de Police Judiciaire.

Qui font malheureusement la pluie et le beau temps dans l’exercice de leurs missions ce, au m’épris et en violation flagrante de la loi qui régit « l’organisation et fonctionnement de la Profession d’Avocat » !

Quant aux Services de l’inspection générale des Services Judiciaires et Pénitentiaires , ils doivent veiller également et de façon permanente sur les Juges des sièges.

Afin que les Jugements et les décisions rendus soient en application stricte du Droit et de la Jurisprudence applicables en l’espèce !

Et qu’ils puissent être réputés « Juste et Équitables ». En effet, l’une des causes essentielles voire réelles et sérieuses du dysfonctionnement de la Justice en Guinée réside dans l’inexécution des décisions de Justice.

À cet effet, les questionnements qui viennent à l’esprit est de savoir.

Comment est-il possible de faire exécuter un jugement voire une décision qui est rendue en violation flagrante du Droit et de la Jurisprudence ?

Enfin, le magistrat qui rend hélas ! Ce jugement voire la décision a t- il exercé sa mission Constitutionnelle de régulateur de la Société en application stricte du Droit ?

En conclusion partielle comment est-ce qu’il est possible d’éradiquer le dysfonctionnement endémique de la Justice.

Notamment Pénale en Guinée, sans un budget conséquent, sans la formation continue des Magistrats et de tous les Auxiliaires de Justice ;

Sans que les conquièrent leurs indépendances et de cesser d’être les bras séculiers de la Chancellerie, de l’autorité Administrative et Politique ?

A rappeler que Maître Amadou Thidiane Kaba est un Avocat d’Affaires et Pénaliste International au Barreau de Guinée et à la Cour Pénale internationale ( CPI) de la Haye (Pays – Bas)

Président du Comité pour la Promotion de la Justice Pénale internationale PCJPI) à la Haye ( Pays – Bas) Expert Consultant au PNUD et au HCDHG

Ancien Juge Conseiller à la Cour Constitutionnelle (2015-2018) Essayiste, il est Membre de l’Association des Écrivains de Guinée

Actuellement, il est Enseignant Chercheur dans les Facultés de Sciences Juridiques de Conakry ( République de Guinée ).

Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.