Ebola : Condé ignore-t-il Macky Sall ?

Alpha Condé, à l’image de ses ministres ne semblent point apprécier la fermeture des frontières des pays voisins, suite à la propagation du virus Ebola qui endeuille pour autant bien des familles en Guinée, en Sierra Léone et au Liberia, entre autres. Mardi, au cours d’une rencontre avec la presse, le président guinéen a salué en revanche ces voisins restés solidaires, en citant au passage, le Mali – un pays qui aura besoin de la Guinée à cause de son port, ceci expliquerait cela – dont les portes sont restées ouvertes.

« C’est le cas du Mali qui n’a jamais fermé ses frontières avec nous durant toute cette crise. Et il n’y a pas eu jusqu’à présent un seul cas de maladie dans ce pays », se félicitera Alpha Condé. Certainement un clin d’œil envoyé à Macky Sall dont les mesures de préventions agacent encore la Guinée et peinent la communauté internationale. C’est pourquoi, le président Condé estime que seul dispositif qui vaille, c’est le renforcement de la solidarité, pas la fermeture des frontières. Après tout, « Quand vous fermer les frontières, les gens vont passer par la brousse ». De son côté, Dakar qui a fermé ses frontières aériennes, terrestres et maritimes depuis environ un mois est revenue lundi sur sa décision en annonçant l’ouverture prochaine d’un corridor humanitaire pouvant permettre aux organisations humanitaires de porter assistance aux pays de la sous région touchés par l’épidémie.

Selon la presse sénégalaise, la communauté humanitaire a besoin de Dakar comme base régionale pour pouvoir acheminer, dans les trois pays touchés, les équipes médicales obligées se faire des rotations, le matériel et l’aide alimentaire urgente. Tous les bureaux régionaux des organisations de l’ONU ainsi que des ONG comme Médecins sans frontières, sont en effet installés à Dakar. Les NU pourraient-elles faire fléchir Dakar afin que la riposte soit plus accrue ? Certains déclarent déjà que les négociations vont bon train et que tout finirait par rentrer dans l’ordre, dans les prochains jours.

Côté guinéen, la dernière sortie de Macky Sall à propos du Guinéen qui s’est infiltré pour rentrer dans la capitale sénégalaise, alors qu’il était déjà malade provoque une vive levée de boucliers. Mais, le président sénégalais est formel : « « Si le jeune guinéen n’était pas atteint de la maladie d’ébola, la justice aurait déjà mis la main sur lui. On ne peut pas être conscient de porter une maladie très contagieuse et être conscient du risque de la transmettre aux populations et se permettre d’entrer dans un pays dont les frontières sont de surcroit fermées », a commenté le président Macky Sall. Il a aussi invité les médias à plus de responsabilité sur le traitement des informations sur le virus Ebola. Pour rappel, le jeune guinéen est mis en quarantaine à l’hôpital de Fann depuis mardi dernier. Toutes les personnes qui ont eu des contacts avec lui sont sous observation médicale. Le jeune guinéen a quitté sa Guinée natale le 15 août dernier. 3 membres de sa famille ont été tués par la maladie.

Jeanne FOFANA, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.