Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

Alors que l’épidémie continue à endeuiller de nombreuses familles e Afrique de l’Ouest, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur ‘’le pourquoi ?’’ les femmes sont les plus affectées par la fièvre Ebola, qui sévit dans la sous-région.

Pour les spécialistes, les femmes sont plus exposées au virus Ebola et ce, à cause de leur rôle social et leur présence au plus près des malades. Selon l’Unicef, près de 60 % des victimes de l’épidémie actuelle sont de sexe féminin.

Selon les mêmes sources, près de 50 % des personnes qui contractent le virus Ebola meurent. Ainsi, depuis le début de l’année, 2 630 des 5 357 malades recensés (chiffres de l’OMS arrêtés au 14 septembre) sont morts. Mais sur le terrain, comme le relaie RFI, les spécialistes constatent que les femmes sont plus exposées à la contamination. Ainsi, au Liberia, le pays le plus durement frappé par l’épidémie, les trois quarts des malades d’Ebola sont des femmes, selon le ministère de la Santé. Plus largement, l’Unicef a constaté que près des deux tiers des cas de décès liés au virus sont des femmes.

S’exprimant mi-août à  »Washington Post », Mme Sia Nyama Koroma, épouse du président sierra-léonais, a indiqué que cette surreprésentation des femmes s’explique par le fait que « les professionnels de la santé sont surtout des femmes et elles se trouvent en première ligne de cette crise ». Un constat partagé par l’Unicef qui explique la prédominance de la morbidité des femmes « en raison de leur rôle d’aide auprès des malades ». Au seul Liberia, ajoute l’Unicef, Ebola a fait quelque 2 000 orphelins, victimes d’une « profonde stigmatisation ».

Une intervenante sierra-léonaise dans la lutte contre Ebola, elle aussi citée par le « Washingon Post » ajoute : « Les femmes qui travaillent dans les hôpitaux sont en majorité infirmières ou femmes de ménage ; elles ne bénéficient pas des mêmes mesures de protection que les médecins qui sont majoritairement des hommes. »

Selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié samedi 27 septembre, la fièvre Ebola a déjà tué 3 091 personnes sur les 6 574 personnes infectées dans les trois pays de la sous région (Guinée, Sierra Léone et Libéria).

Abdoul Wahab Barry, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.